Vrai ou faux (4.8 / 5)

Auteure : Chrystine Brouillet

Éditions : Druide

Pages : 337 pages

Quatrième de couverture : 

Alors que la détective Maud Graham commence à réaliser que ses parents se fragilisent, elle est appelée à enquêter sur le meurtre de Lydia Francœur, la secrétaire de la résidence des Cèdres. Dans cet univers apparemment paisible, Maud et ses collègues de l’équipe d’enquêteurs du service de police de la ville de Québec font face à des embûches inhabituelles. Si ces policiers chevronnés savent composer avec la dissimulation et la manipulation, ils sont beaucoup moins familiers avec le flou, la frustration et la détresse découlant des problèmes liés au vieillissement. Il leur faudra rivaliser de détermination et d’humanité pour parvenir à reconstituer le fil des événements entourant la mort tragique d’une femme qu’on croyait aimée de tous.

Avec une impressionnante maîtrise et une profonde sensibilité, Chrystine Brouillet brosse un tableau tout en ombres et lumière, vérités et mensonges. Ses personnages prennent vie, nous choquent, nous bouleversent, mais on retrouve avec bonheur l’univers de Maud Graham.

Mon avis :

Je n’ai vraiment pas été déçu par ce roman! (Comme si quelqu’un peut être déçu par un roman de Chrystine Brouillet!) Ceux qui ont déjà lu les enquêtes de Maud Graham vont la retrouver avec bonheur. On y retrouve aussi ses compagnons  Cette fois-ci, on la retrouve enquêtant dans une résidence pour personnes âgées. Mais ne sautons pas les étapes, les premières pages du romans nous font découvrir la vie de deux personnages, Karl Lemay et de Léonard Cardinale, au fil des ans grâce à de grands bonds dans le temps. Ensuite, nous apprenons l’identité du tueur que l’enquêtrice Maud Graham devra coincer alors que celui-ci tente de tout son possible de faire profil bas.

Tout au long du roman, nous avons accès à toutes les informations cruciales à l’enquête, informations que Maud Graham n’a pas et qu’elle tente de découvrir à travers ses interrogatoires. Son principal défi est de démêler toutes les histoires que vont lui raconter les personnes âgées puisque certains ont des problèmes de mémoire ou ont tout simplement de don d’inventer des événements pour ne pas que l’on découvre qu’ils ont des oublis. En plus que Graham elle même déteste vieillir, j’ai l’impression que c’est surtout parce qu’elle est plus vieille que son conjoint, et la voir confronté à cette réalité de la vie est un peu amusante. Bref, tout au long de cet excellent roman, on se demande comment Maud Graham va déterminer quelles informations sont crédibles ou pas, et ainsi démêler le vrai du faux.

J’y ai donné 4.8 / 5 seulement parce que je j’ai pas assez «enjoyé» la fin. Je pense que je l’ai lu trop vite parce que j’avais trop hâte de savoir comment elle allait coincer le tueur et en même temps j’étais déçue que la fin n’était pas plus fracassante, j’ai de haut standard haha 🙂

Ma note : 4.8 / 5

Publicités
Cet article a été publié dans Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s