Amos Daragon – Porteur de masques

Auteur : Bryan Perro

Dessinateur : Jeik Dion

Éditeur :  Perro Éditeur

Pages : 56 pages

Quatrième de couverture :

Amos Daragon, un brillant garçon de douze ans, devient malgré lui le premier élu de la nouvelle génération de porteurs de masques. Grâce à ses pouvoirs sur les éléments et aidé de Béorf Bromanson, un jeune garçon de la race des béorites capable de se transformer en ours, Amos parcourt les contrées étranges peuplées de créatures légendaires, à la recherche des masques de pouvoirs.

Mon avis :

Premièrement, merci à ma meilleure amie de me l’avoir offert pour Noël et de l’avoir fait dédicacé pour moi. ❤

J’ai sérieusement adoré cette adaptation en bande dessinée du premier tome d’Amos Daragon. Sans être complètement comme le roman, puisqu’il y a toujours plus de détails dans les romans, cette BD m’a rappelé pourquoi cette série était ma favorite à l’adolescence. Petite variation cette fois-ci, c’est le druide Mastagne le Boueux qui raconte l’histoire d’Amos Daragon et j’ai l’impression que l’auteur est conscient que ses fans de la première heure vont se procurer cette BD, puisqu’il y insert des jeux de mots susceptibles de nous faire sourire. Par exemple, «Au bouleau… boulot, bouleau?! Enfin, laissez tomber, c’est de l’humour de druide.» Quoi que ça peut aussi plaire aux jeunes, ils sont tellement éveillés maintenant!

Comme dans la série originale, on retrouve Amos Daragon, qui vit dans le royaume d’Omain, et qui lors d’une sortie sur la plage rencontre Crivannia, la princesse des eaux, qui le choisi comme étant le premier porteur de masques de la nouvelle génération. Il a comme consigne de se rendre au bois de Tarkasis et dès lors, ses aventures commencent. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec cet univers, les porteurs de masques sont des gens qui contrôlent les éléments : eau, feu, air et terre, et sont amenés à remplir des missions dans le but de préserver l’équilibre de la Terre.

Les dessins et couleurs sont superbement réussis et je ne dis pas ça parce que je suis une fan finie. Au contraire, je suis très critique envers les bandes dessinées parce que j’aime que ce soit beau et que ça me fasse ressentir les émotions que ressentent les personnages. Ici, c’est tout à fait réussi, pour tous les personnages, mais surtout pour Béorf et Médousa! En bonus, à la fin, on a d’ailleurs droit de découvrir certains croquis du dessinateur.

À faire découvrir à vos jeunes (et aux moins jeunes aussi!)

Note : 5 / 5

p.s. si jamais ce message ce rend par miracle à Bryan Perro, j’aimerais bien que les autres tomes soient aussi adaptés en BD! 🙂

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Bandes-Dessinées. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s