Comme des sauvages

Auteure : Emmanuelle Tremblay

Éditeur : Leméac

Pages : 241 pages

Quatrième de couverture :

Tu voudrais ne plus y être. Oublier d’où tu viens. Faire le contraire du Petit Poucet. Te laisser perdre. Retrouver le lieu d’où partir, te retourner sur la distance parcourue et regarder les cendres tomber.

À vingt-neuf ans, Viviane Santerre accourt de San Francisco au chevet de sa grand-maman Rose. Pendant l’agonie de celle-ci ressurgissent les souvenirs d’enfance de sa petite-fille, au bord d’une mer pleine de silences qui recouvrent un passé trouble. Viviane affronte alors ses origines tout en débusquant le secret entourant la disparition de sa mère, Nicole. Entre mémoire, mythe et réalité, de quelle énigme Viviane est-elle la fille ?

La trame sociale de ce magnifique roman englobe les années qui ont vu naître la libération sexuelle, la consommation effrénée et la pharmacopée visant à calmer les ménagères. Emmanuelle Tremblay laisse libre cours à la voix de cet héritage et à la violence du non-dit chez trois générations de femmes issues d’un monde où les destinées sont livrées au pouvoir de l’argent.

Mon avis :

Je dois avouer que ça m’a pris quelques pages avant d’être intéressé par l’histoire. Mettons que c’est quand l’histoire commence à creuser dans les secrets de famille que j’ai cliqué. Alors que se meurt grand-maman Rose, celle qui l’a élevée en l’absence de sa mère disparue mystérieusement, Viviane se met en quête de découvrir la vérité sur son origine. Lentement mais sûrement, on apprend par petites bribes le fin mot de l’histoire.

L’histoire se passe en majeure partie dans un petit village côtier du Québec. Les indices pour le village côtier sont flagrants, l’économie du village tourne autour de la pêche et de la transformation des produits de la mer. Pour certifier que cela se passe au Québec, à un moment dans l’histoire on mentionne le surnom de René Lévesque et ça semble se passer au référendum vu la réaction des hommes de la famille.

On peut dire que c’est une histoire d’une société qui se transforme, une histoire où se mêle le passé et le présent et une histoire de la condition des femmes à l’époque de la libération sexuelle. Et j’ajouterais, un survol de l’historique des antidépresseurs.

En bref, c’est une histoire sur les secrets qui se font parfois les maîtres de nos vies.

 

Note : 4.3 / 5

Publicités
Cet article a été publié dans Livres acadiens, Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Comme des sauvages

  1. Cécile Anne Chiasson dit :

    Après un début difficile parce que l’histoire ne m’a pas accrochée immédiatemment, elle m’a prise à son piège lorsque l’on découvre que cette famille à plusieurs secrets. La détresse de Rose est palpable.

    J'aime

  2. Cécile Anne Chiasson dit :

    Après un début difficile parce que l’histoire ne m’a pas accrochée immédiatemment, elle m’a prise à son piège lorsque je découvre que cette famille à plusieurs secrets. La détresse de Rose est palpable. Pas si lointaine l’époque de cette femme mais combien différente de la mienne.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s