Un violon sous la mer

Auteure : Myriam Lebouthillier

Édition : Druide

Pages : 493 pages

Quatrième de couverture : 

À la fin du XIXe siècle, dans une brume de vapeur et de charbon, Mathias a grandi entre les luxueux salons de négociants et la poussière des quais du Havre, importante ville portuaire de Normandie. En réaction aux déchirements familiaux, il fuit tôt la maison de son enfance pour trouver refuge dans l’art et sur le pont des navires, avant de s’exiler en Écosse. Aujourd’hui trentenaire solitaire, hanté par son passé et rongé par les remords, Mathias doit soudainement se rendre en Autriche pour prendre en charge un enfant dont il n’est pas le père. Sur le chemin du retour, qui se transforme en un voyage initiatique au cour duquel se greffe la recherche de l’être aimé, il sera amené, grâce à ce jeune garçon dépaysé, à poser un regard différent sur le monde.

Mon avis : 

J’ai adoré du début à la fin! Chaque chapitre de cette intrigue bien ficelé est un pur délice qui nous transporte jusqu’au dénouement de l’histoire.

Ce roman raconte l’histoire de la famille Berthelot alors que l’on est amenés à suivre Mathias, qui se rend en Autriche à la demande de son frère aîné, Fernand, qu’il n’avait pas revu depuis des années. En arrivant, il trouve son frère gravement malade. Ce dernier lui demande à Mathias d’emporter son fils avec lui, en Écosse, où il réside. Mathias et son neveu Miguel apprendront à se connaître sur la route du retour en Écosse. Tout au long du retour, Mathias est assailli par les remords et tentera de trouver un sens à sa vie. Pour ce faire, l’auteure nous dévoile des bribes du passé de Mathias et de sa famille lors de retours en arrière orchestrés de main de maître ou encore via les lettres que Fernand adressait à leur soeur cadette, Léa.

Malgré que ce soit quand même une brique de presque 500 pages, je n’ai pas vu le temps passer tellement c’était captivant.

Et la fin… mais quelle fin remplie d’espoirs. Une histoire comme je les aimes!

Note : 5 / 5

Publicités
Cet article a été publié dans Livres acadiens, Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s