Holmes (1854/1891?) Tome 4 – La dame de Scutari

Auteurs : Cecil et Luc Brunschwig

Éditeur : Futuropolis

Pages : 48 pages (+ 16 pages de Making-Of pour l’édition limitée)

Quatrième de couverture : 

4 mai 1891.
Sherlock Holmes disparaît en Suisse aux chutes de Reichenbach, entraînant avec lui dans la mort son plus grand ennemi, le professeur Moriarty. Pour Mycroft, son frère, la mort de Holmes est le suicide déguisé d’un homme qui ne pouvait se résoudre à voir son cerveau détruit par la drogue.
Malgré les preuves apportées, le docteur Watson se refuse à croire cette version des faits. Il se lance à travers toute l’Europe dans une incroyable enquête qui va tout lui révéler de l’histoire de Sherlock Holmes et de sa famille.

Mon avis : 

Même si le titre nous le suggère, à part un Sherlock naissant dont on assiste à la naissance, il n’y a toujours pas de trace de Sherlock Holmes.Toutefois, l’enquête de Watson et Wiggins se poursuit et on en apprend toujours d’avantage à propos de sa famille. Si la mère de Holmes, Violet, se révèle une femme déterminée, son père fait figure de soumis. Sans parler de Mycroft, le frère, qui est présent à plusieurs moments clés et dont on se demande quels sont ses véritables intentions. Je dirais que le mystère s’épaissit autour de cette famille. C’est une véritable torture de nous laisser avec autant de questions, surtout que les albums prennent des années à sortir, mais j’ai l’impression que ça vaut le coup d’attendre le dénouement de cette série.

Ce tome est plein de récits qui s’entrecroisent. Bien que notre but principal en tant que lecteur est de découvrir le maximum d’informations à propos de Sherlock Holmes, on découvre aussi la société de l’époque à travers les dessins. À travers de procès de Judy Brown, on peut voir la différence entres les classes de la société britannique, par exemple : les femmes sont inférieures, les riches ont le pouvoir, certains quartiers de Londres sont pollués par les usines, etc…

Côté dessins. Que dire… Ils sont tout simplement époustouflants! Autant les personnages que les paysages. En teinte bleu-gris pour le présent et en sépia pour le passé. Dans le making-of, il est parlé de l’ampleur de la documentation nécessaire pour réaliser ces chefs d’oeuvre d’une fidélité historique. Je comprend mieux pourquoi on doit attendre aussi longtemps pour les tomes!

Vivement que l’on finisse par retrouver Holmes!

Note : 5 / 5

Publicités
Cet article a été publié dans Bandes-Dessinées. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s