La bête du lac (trilogie)

Scénario : François Lapierre

Dessins : Patrick Boutin-Gagné

Éditeur : Glénat Québec

Quatrième de couverture (tome 1) : 

Dans le petit village de Lac-à-l’Ombre, alors que le printemps est encore froid dans cette partie isolée du Québec, Ovide recherche son frère jumeau Gédéon, disparu depuis l’hiver. Des indices le mènent jusqu’au bord du lac situé à quelques lieues du village. Des disparitions ont déjà été rapportées dans le temps et la réputation du lieu a toujours été sinistre…

Ovide y fera une rencontre étrange et, sans le savoir, sera le déclencheur de toute une série d’événements qui risquent d’ouvrir notre monde à mille fléaux…

Mon avis : 

Le récit de cette BD semble directement sorti du folklore, tout en étant mélangé aux légendes amérindiennes. On y retrouve des personnages dignes de la mythologie, tout comme des créatures magiques telles que des lutins et des elfes. Bref, un beau melting-pot.

L’histoire est raconté par un homme âgé, celui-ci qui s’occupe de la trame narrative (les encadrés) sans nous faire perdre le fil conducteur. On est dans les années 1800 au Québec et on y suit Ovide, qui dans sa recherche de son frère jumeau, se fait apostropher par une sirène en difficulté. Faut-il que je précise qu’il a rencontré la sirène au lac? 😉  Pour la libérer, il devra combattre le monstre qui la retient prisonnière : Shoshaminissipeshimi. (Non, je n’ai pas écrasé ma main sur le clavier, c’est vraiment le nom du monstre) Pour ce faire, il va devoir être aidé des frères Sigouin, dont les prénoms débutent tous par un ‘W’.

Je ne vais pas plus en dire parce que la suite va de rebondissements en surprises, mais je vous assure que c’est un bon récit avec la juste dose de suspense et d’humour pour nous tenir accroché. Ça aurait facilement pu être un récit sombre si ça ne serait de la présence de personnages quelques peu bourrus, mais forts sympathiques et à l’humour facile. Disons qu’ils m’ont fait rire tout haut à quelques reprises.

Côté dessins, ils sont quelques fois maladroits, mais le tout est rattrapé par les superbes couleurs.

En bref, ça serait le genre de BD que je relierais à tous les ans et que je trouverais toujours autant divertissante.

Note : 4.7 / 5

p.s. Il y a seulement trois tomes et ça fini là, au moins ça traîne pas en longueur comme d’autres séries…

Publicités
Cet article a été publié dans Bandes-Dessinées. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s