Intrigue au manoir des Boissac

Auteur : Philippe Fuzellier

Éditeur : Mon petit éditeur

Pages : 188 pages

Quatrième de couverture : 

Noam Malher, orphelin, a trouvé un point de chute familial en se mariant avec Isabelle Boissac. Le père d’Isabelle, Marc-Henry Boissac, écrivain notoire, meurt dans son manoir, victime d’une crise cardiaque, laissant une fortune très importante. C’est Noam, ce brave garçon, qui va révéler l’existence d’une menace terrifiante qui pèse sur chaque membre de cette famille. Non, le manoir n’est pas hanté, mais ses occupants le sont par une incroyable histoire très intrigante, au cœur de laquelle, au manoir des Boissac, tout le monde va subir une oppression. Mais pourquoi cette menace, et qui sévit sur toute une famille ?

Mon avis :

Le roman débute d’une façon assez particulière, le récit est raconté par Noam Mahler. On découvre la tombe de celui-ci comme ceci : «À votre grande surprise, vous découvrez un monticule de terre avec une croix, bien solitaire. Il y est inscrit « Noam Mahler 1977-2008» Et oui, vous avez bien lu, c’est un mort qui guide la trame narrative de ce récit! Assez original comme façon de faire, mais c’est très efficace.

Ainsi, Noam nous présente les membres de la famille Boissac à travers ses souvenirs. Une famille assez étrange il faut dire. Des êtres uniques, certaines étant aux antipodes des autres, elle cache de nombreux secrets (comme toutes les bonnes familles dans les romans). Cette famille est dirigée par le patriarche, Marc-Henry, écrivain à succès. Sa femme, Rosalie, est bipolaire et vit quelque peu dans son monde selon son état du moment. Leurs enfants, Isabelle, Benjamin, Nathanaël et Élizabeth sont très différents les uns des autres. À cela, on ajoute Antoine, le médecin de la famille et ami de Marc-Henry, ainsi que Gaby, le prêtre de la paroisse, très proche de Rosalie.

Les chapitres sont courts, l’écriture est dynamique, on se laisse aisément transporter dans l’univers familial des Boissac. Il faut dire que le roman est en quelque sorte divisé en deux parties que j’appellerais ‘vie’ et ‘mort’ (je sais, je suis super originale). Dans la partie ‘vie’, ça m’a un peu fait penser au jeu Clue. On va d’un rebondissement à l’autre sans savoir où ça va nous emporter puisque nos certitudes sont ébranlés. La partie ‘mort’ est quelque peu décevante, surtout avec le bouleversement que l’on vient de vivre. On connaît déjà presque de source sûre le dénouement, mais puisqu’un léger doute subsiste, on continue notre lecture en espérant s’être trompé.

Ce roman demeure tout de même un bon moment lecture.

Note : 4 / 5

Merci à Philippe Fuzellier pour cette lecture! 

https://www.monpetitediteur.com/intrigue-au-manoir-des-boissac.html/

Publicités
Cet article a été publié dans Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s