Mitania

Auteur : Bernard Afflatet

Éditeur : Éditions du 38

Pages : 246 (format epub)

Résumé : 

En 2100, Chris Nolan, accompagné seulement de Juliet, un système informatique qui lui sert de pilote et d’aide dans son quotidien, part explorer l’univers pendant douze ans à la recherche d’une vie civilisée. En 2112, il rentre sur terre bredouille.

Entre-temps, sept siècles se sont écoulés sur notre planète qui lui est devenue inhospitalière : les continents, les pays se sont déplacés. Le monde est pleinement sauvage et aucun vestige ni trace de vie humaine n’y subsistent.

Où est passée la Base Aérospatiale Internationale de Dubaï ? Pourquoi l’humanité a-t-elle disparu ? Y a-t-il des survivants ? Où se cachent-ils ?

Chris et Juliet forment un singulier couple héros/machine : deux « Êtres » improbables, l’un asocial et l’autre qui, bien qu’artificiel, sait se rendre indispensable à cet homme esseulé et taciturne.

Un roman d’anticipation et d’aventure, qui pose la question des limites de la civilisation, celles de l’Humain et de son inéluctable solitude. Un roman troublant, bien documenté, qui donne à réfléchir, sur fond de plaidoyer écologique.

Une invitation à s’interroger sur l’aventure humaine et son devenir…

Mon avis :

Grâce au paradoxe de la relativité restreinte… bon je vous avoue que j’ai pas trop compris comment ça fonctionne ou plutôt, je ne sais pas trop comment l’expliquer sans vous perdre dès la première phrase. Disons que ce paradoxe permet à Chris Nolan de faire un voyage dans l’espace d’une durée de douze ans, alors que sur terre, il y a déjà une centaine d’années de passées, enfin c’est ce qu’il croit parce que c’est ce que Juliet lui a dit.

En atterrissant, Chris se rend compte qu’il n’y a plus de d’humains sur terre et tous les bâtiments qui auraient plus témoigner de leur présence ont disparus. Ses points de repère sont totalement bousculés. Heureusement pour lui, il se fait un ami en Abu Laila, un Faucon qui le suivra dans ses déplacements. Mais la vraie question demeure : Combien de temps prendra-t-il avant de sombrer dans la folie ou la dépression? Après tout, il est désormais le seul représentant de son espèce sur terre et jamais il ne reverra la femme qu’il a tant aimé. Tout ce qu’il peut faire, c’est d’attendre que son heure arrive ou précipiter l’inévitable. Alors qu’il a décider de procéder à cette dernière option, il aperçoit de la fumée au loin. Reste-il encore de l’espoir pour la race humaine?

Dans ce roman, tous les questionnements sont littéralement reliés à la société en une forme de critique qui ouvre à la réflexion. Bien que certains passages soient trop longs, surtout le début où il n’y avait que Juliet et Chris et leur univers totalement imprégné de science-fiction, c’est une partie nécessaire à la suite. Dès son atterrissage sur terre, le rythme devient agréable à suivre et nos réflexions se portent sur certaines notions, telles que : la guerre, la société, le sentiment d’appartenance du genre humain, il a besoin des autres pour survivre, des notions de consommation mais surtout de surconsommation, des notions d’écologie, etc…

Bref, si vous voulez un livre qui porte à réfléchir sur le rôle et les effets que les humains peuvent avoir sur la terre et la société, ce roman est tout désigné.

Note : 4.2 / 5

 

Publicités
Cet article a été publié dans Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s