La supplication

Auteure : Svetlana Alexievitch

Éditeur : J’ai lu

250 pages

Quatrième de couverture : 

 » Des bribes de conversations me reviennent en mémoire… Quelqu’un m’exhorte : – Vous ne devez pas oublier que ce n’est plus votre mari, l’homme aimé qui se trouve devant vous, mais un objet radioactif avec un fort coefficient de contamination. Vous n’êtes pas suicidaire. Prenez-vous en main !  »

Tchernobyl. Ce mot évoque dorénavant une catastrophe écologique majeure. Mais que savons-nous du drame humain, quotidien, qui a suivi l’explosion de la centrale ?

Svetlana Alexievitch nous fait entrevoir un monde bouleversant celui des survivants, à qui elle cède la parole. Des témoignages qui nous font découvrir un univers terrifiant. L’événement prend alors une tout autre dimension.

Pour la première fois, écoutons les voix suppliciées de Tchernobyl.

Mon avis : 

Le récit débutant ce recueil est poignant, tout comme les autres témoignages qui suivront. L’auteure rapporte les propos des gens sans prendre position, ni autres explications. Ce sont les paroles du peuple à l’état brut.

Pour ceux n’ayant jamais entendu parler de cet événement. En bref, le 26 avril 1986, un accident se produit à la centrale nucléaire de Tchernobyl. On y envoie les pompiers combattre les flammes, comme s’il s’agissait d’un simple incendie. Les pauvres hommes vont ainsi, non seulement tenter d’éteindre le feu, mais aussi respirer à plein poumon la radioactivité. Pendant ce temps, la population locale est volontairement laissée dans l’ignorance. Alors que de nos jours, on connaît quand même un peu les effets du nucléaire, à Tchernobyl en 1986, c’est tout le contraire. On fait face à l’inexpérience et l’impuissance, mais aussi à la vérité cachée telle qu’elle était couramment pratiquée en ex-URSS, malgré la politique de la glasnost pratiquée par le président Gorbatchev à l’époque. Comme la pollution ne se voit pas, les gens ne comprennent pas pourquoi ils doivent quitter leur maison, pourquoi il ne peuvent plus boire du lait de leur vache, ni pourquoi ils ne peuvent plus cultiver le sol où ils ont passé toute leur vie.

À ne pas lire avant d’aller se coucher.

Note : 4.3 / 5

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Un printemps à Tchernobyl

Un printemps à Tchernobyl par Lepage

Auteur : Emmanuel Lepage

Éditeur : Futuropolis

162 pages

Résumé :

22 ans après la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle, Emmanuel Lepage se rend à Tchernobyl en 2008, par le biais de l’assocation Les Dessin’acteurs pour rendre compte, par le texte et le dessin, de la vie des survivants et de leurs enfants sur des terres hautement contaminées. Quand il décide de partir là-bas, Emmanuel Lepage a le sentiment de défier la mort et à l’approche de la zone interdite, une question taraude son esprit : que suis-je venir faire ici ? Il sait qu’il a besoin de se confronter au désastre, de voir, de comprendre. Cette expérience unique entre en résonance avec ses propres questionnements sur le dessin, sur sa capacité à dessiner et sa nécessité vitale: être au monde par le dessin.

Mon avis : 

Comme on ne connaît pratiquement rien de ce qui se passe dans le coin de Tchernobyl, autant d’un point de vue humain que d’un côté de vue nature, je me suis dit que ce livre serait un bon moyen d’en avoir un aperçu.

Le début de cet album contient des extraits de livre La supplication de Svetlana Alexievitch. Tout comme dans La supplication, on y retrouve la panique, le travail des liquidateurs, la population évacuée trop tard, les gens revenus vivre en zone interdite, les décès, les cancers, la chute économique de toute une région de Biélorussie.

Après avoir pesé le pour et le contre d’effectuer un tel déplacement, Emmanuel Lepage prend le risque de se rendre dans la zone contaminée de Tchernobyl. Bien entendu, il prend une foule de précautions qui seront d’ailleurs illustrés dans cet album. Lui et d’autres gens du programme Dessin’Acteurs vont passer un certain temps dans une maison abandonnée dans un village avoisinant de la zone interdite. Au cours de ces semaines, malgré la barrière de la langue, ils vont apprendre à connaître les gens du village. Malgré la joie de vivre de ces gens, je ne pouvais m’empêcher de penser aux problèmes de santé qu’ils vont probablement finir par développer en vivant dans une zone contaminée… quoi qu’ils pourraient aussi tomber malade peu importe où il vivent.

Je dirais que cet album illustre le triomphe de la vie végétale et animale dans les environs de Tchernobyl, et ce, malgré que l’environnement soit toujours hautement toxique. Cela surprend l’auteur et semble le mettre mal à l’aise puisqu’il a en quelque sorte été engagé pour faire la contre-promotion du nucléaire, et pourtant, il ne dessine que des dessins aux couleurs éclatantes de vie. La couleur est toutefois exclu de la centrale même et de la ville voisine de Prypiat, zones toujours interdites à la population.

Un album-documentaire instructif et esthétiquement beau.

Note : 4 / 5

Publié dans Bandes-Dessinées | Tagué | Laisser un commentaire

Dans la tête d’un gars

Auteur : Maxim Martin

Éditions : Les éditions du Journal

160 pages

Quatrième de couverture : 

Chroniqueur vedette au Journal de Montréal depuis quatre ans, Maxim Martin offre chaque semaine à ses lecteurs ses réflexions typiquement masculines sur le monde actuel. Cette sélection de ses meilleurs textes explore des thèmes qui lui sont chers, comme son rôle de père, les relations homme-femme, le sport, les plaisirs simples de la vie et les travers de la société. Ici, Maxim nous fait découvrir son univers haut en couleur avec le don d’observation et le ton franc et direct qui ont fait son succès d’humoriste.

Mon avis : 

J’aime assez sa façon d’écrire et de raconter ses anecdotes. Le livre est divisé en catégories : les relations hommes femmes, sa fille, son rôle de père, le sport, les plaisirs simples et les travers de notre société. On se le cachera pas, la section sport m’intéressait quand même moins que les autres, toutefois on y retrouve aussi de petits bijoux. Toutes les sections sont tellement rempli de vrai, il nous écrit non seulement sa pensée mais aussi l’évolution dans sa façon de penser. Ce que j’aime, c’est qu’il nous fait réfléchir sur une foule de sujets, dont la bêtise humaine. Je ne sais pas pour vous, mais quand je le lisais, j’avais un peu l’impression de l’entendre raconter ses histoires sur scène.

Seule note négative, les chroniques ne sont pas en ordre de publication, j’aurais aimé avoir la date pour me mettre en contexte quand ce sont des sujets d’actualité qui sont traités.

Pour finir, je dirais que c’est le genre de livre qu’il vaut mieux emprunter à la bibliothèque parce qu’on ne va pas le relire.

 

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Et si c’était ça, le bonheur?

Auteure : Francine Ruel

Éditeur : Libre Expression

317 pages

Quatrième de couverture :

Olivia Lamoureux vient d’acheter la maison de ses rêves. En compagnie de sa chatte Bouboulina, elle emménage à la campagne, certaine d’y trouver la tranquillité et de connaître les joies de la nature. Olivia ignore alors qu’avant d’y parvenir, elle devra effectuer un véritable  » parcours du combattant « , celui des travaux de rénovation de son havre de paix. Les ouvriers n’en font qu’à leur tête et cherchent en vain à discuter avec l’homme de la maison, alors que madame Lamoureux n’a pas d’amoureux. Cependant, dans le tohu-bohu de cette vie mouvementée, Olivia espère encore qu’en début de cinquantaine, tout reste possible, même l’amour.

Et si c’était ça le bonheur : une maison de campagne qui crée mille soucis, mais qui apporte mille joies, de grands festins  » oliviesques  » et, surtout, une bande de copains qui poussent à rallumer l’étincelle amoureuse.

Mon avis :

Si vous êtes à la recherche d’un roman léger, bien écrit et que vous aimez la rénovation et la décoration, vous devriez être comblés par ce roman. Perso, il étant donné que je suis assez loin en âge de l’héroïne principale et que je n’ai pas eu besoin de faire de grosses rénovations sur ma maison, je ne me suis pas vraiment sentie interpellée. Reste que c’est quand même assez comique de suivre les rénovations d’Olivia, quoi qu’il y aurait pu y avoir plus de détails. C’était une lecture assez relax, mais comme ça n’a pas suscité de grandes émotions en moi, je vais probablement l’avoir oubliée en peu de temps.

Bref, c’est pas mal une lecture de vacances ou une lecture pour faire changement de son style habituel.

Note : 3.5 / 5

Publié dans Romans | Tagué | Laisser un commentaire

Manifeste des larmes

Manifeste des Larmes par Plume

Auteur : Plume

Éditeur : ÉdiLivre

Résumé : Ce texte n’a pas la prétention d’expliquer la dépression, ni même d’en détailler les mécanismes… Ce n’est pas, non plus, un mode d’emploi qui aiderait le lecteur à aborder son état pour en sortir définitivement. Il n’y a pas de recette miracle et chaque dépression est unique et individuelle ; elle est la résultante d’une personnalité et d’un destin qui se défient, se provoquent. Cet ouvrage retrace sobrement le cheminement intérieur d’une personne singulière prise aux mains d’un déclin terrible. Il nous dévoile ses luttes intérieures tout en nous renvoyant inlassablement les nôtres en pleine figure. L’auteure y met son âme à nue avec une franchise qui résonne et fait écho dans tous les cœurs, que l’on soit concerné ou non par ce mal…

Mon avis : 

Heureusement que ce témoignage de vie est assez court parce qu’il est poignant. On en viens à se mettre dans la peau de cette femme et quelque peu ressentir, ou tout du moins imaginer, comment elle vit avec cette maladie et quelle souffrance la dépression peut infliger. Elle nous explique ses émotions, mais aussi comment elle fait pour tenter de s’en sortir. Comme quoi, même dans les moments sombres, il y a de l’espoir, il faut aller chercher de l’aide.

Aux antipodes avec son sujet, sa plume (mauvais jeu de mot avec le nickname de l’auteur, totalement non intentionnel) est agréable et son style nous rend captif du début à la fin. Il pourrait quand même être difficile à lire pour les «âmes sensibles» en raison des violences physique qu’elle s’inflige.

Comme la plupart des gens ont une personne aux prises avec cette maladie, cette lecture pourrait les aider à comprendre comment se sentent ceux qui en souffrent au quotidien. je souligne toutefois que c’est un récit de vie et non pas un livre médical sur le sujet. Aussi, ça pourrait aussi faire comprendre à certains qui se disent dépressif qu’il sont en réalité seulement déprimés. Je le mentionne puisque dernièrement, j’ai l’impression que la société en général a tendance à banaliser cette maladie.

Note : 4.5 / 5

 

Publié dans Romans | Tagué , , , | Laisser un commentaire

TAUPE : Le premier voyage extraordinaire de Jules Verne

Taupe par Bally

Auteur : Nico Bally

109 pages (epub)

Quatrième de couverture : 

Le 5 juillet 1839 une machine gigantesque appelée TAUPE s’enfonça dans le sol afin d’atteindre le centre de la Terre.
Son équipage était composé de cinquante personnes.
Tout était planifié pour qu’ils puissent survivre et entretenir la machine afin qu’elle accomplisse sa mission.
Mais les choses ne se déroulèrent pas comme prévu, car deux passagers clandestins s’étaient glissés à bord.
Le premier était un chat fouineur que nous appelâmes Tapetum.
Le deuxième, c’était moi.

Mon avis : 

Ce roman jeunesse est totalement inspiré de Jules Verne, de sa vie et surtout de son livre, Voyage au centre de la Terre. TAUPE nous emmène dans un voyage extrême à bord d’un engin du même nom qui a pour but de se rendre au centre de la Terre afin de fonder une colonie. Les personnages qui peuplent l’univers sont à la fois originaux et intéressants. L’histoire est bien mené, on a aucun mal à imaginer les lieux et les événements, le tout sans donner de détails superflus.

Clin d’oeil flagrant aux écrits de Verne, les chapitres sont numérotés en chiffre romain et les titres donnés aux chapitres sont du même style que ceux de l’illustre auteur. Ces titres sont d’ailleurs choisis de main de maître. Ils nous indiquent ce qu’il va se passer dans le chapitre, sauf que parfois, notre imagination et notre sens de l’anticipation fait en sorte que, par un maniement de plume très audacieux, ils sont à la fois véridique et trompeurs. Surtout celui où l’intrus est exécuté… j’ai lis de peur!

La fin de ce récit est à la fois déchirante et inspirante. Définitivement un roman qui va plaire à un public à partir de 12 ans et plus. En autant que vous aimiez la science-fiction évidemment.

Note : Coup de coeur ❤

Un grand merci à Nico Bally pour le SP!!!

Publié dans Romans | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Felix Vortan et la forteresse rouge (Tome 2)

9782897525415

Auteur : LP Sicard

Éditeur : Éditions AdA

296 pages

Quatrième de couverture :

Un mois s’est écoulé depuis la disparition de quelques apprentis du royaume, qui ont été vendus comme esclaves et gladiateurs à la Forteresse rouge. On raconte de cet endroit maudit qu’il se situe en plein coeur de l’océan des Pirates, vaste étendue d’eau sillonnée par des navires clandestins.

Les Tétradors, tels que Felix et sa bande se sont surnommés, parviendront à prendre part à la périlleuse expédition qui sera menée pour délivrer les captifs, en dépit des nombreux avertissements leur déconseillant de le faire. Ainsi sept navires prendront le large, les voiles gonflées d’espoir, vers la destination la plus sombre de toutes. Seront-ils les premiers à survivre à la malédiction de cette Forteresse, d’où nul n’est jamais revenu vivant ?

Mon avis : 

Attention – Dans ce tome 2, on a le droit à aucun temps mort, l’action est omniprésente et quand vous pensez que l’auteur vous donne un petit temps-mort pour remettre votre petit coeur de ses émotions… bam… encore de l’action ou un complot ou une trahison et des révélations. Bref, vous ne pourrez pas lâcher ce livre avant de l’avoir terminé.

Dès le départ, on retrouve nos quatre jeunes gardiens d’une ancienne magie alors que les souvenirs tristes événements du tome précédents sont toujours frais dans leur mémoire. Grâce à la princesse Florence, ils réussissent à convaincre la reine de donner l’accord pour une expédition vers la forteresse rouge afin d’aller secourir les gens qui y sont retenus prisonniers. Ils vont partir avec une grosse flotte armée en prévision d’un éprouvant combat. On se doute bien que leur mission de sauvetage ne sera pas de tout repos et que les imprévus seront nombreux!

Entre-temps, Felix, Nicolas, Florence et Nikki ont continué de s’entraîner sur Élador et ont aussi appris d’autres sorts. Ces pouvoirs leurs seront d’une grande utilité dans la forteresse rouge.

Côté écriture, sa plume est toujours dans le même style que lors du tome 1, mais c’est nettement plus fluide, probablement parce qu’on la base de l’univers a déjà été mis en place et qu’il peut maintenant se concentrer sur d’autres aspects. Par exemple, les tétradors vont tranquillement évoluer dans ce tome et seront plus en confiance en leurs capacités, même Nicolas va prendre sûr lui pour combattre son vertige. Bien que le héros principal soit Felix, j’aime que pour une fois dans un roman, ce soit les filles les plus entreprenantes. Habituellement, elle ont peur et laissent faire les gars, mais ici c’est Florence qui aide ses amis à assimiler leurs pouvoirs et Nikki est toujours prête à se battre ou répliquer lorsque nécessaire.

Note : 4.75 / 5  😉

Publié dans Romans | Tagué , , , , | Laisser un commentaire