Le secret du coffre bleu

Auteure : Lise Dion

Éditeur : Libre Expression

208 pages

Quatrième de couverture : 

À la mort de sa mère adoptive, l’humoriste Lise Dion découvre dans un coffre bleu qui avait bercé son imaginaire d’enfant une partie cachée de la vie de cette femme qu’elle a tellement aimée : sa mère aurait été religieuse et aurait été arrêtée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Le choc passé, Lise a voulu comprendre ce que sa mère avait vécu et elle a commencé une recherche qui a duré plusieurs années. Malgré les nombreux écueils de cette démarche, elle a inventé la vie que sa mère a probablement vécue en s’appuyant sur certains faits historiques et témoignages. Sous la forme de quatre cahiers retrouvés au fond du coffre bleu, Armande se dévoile à nous et laisse un héritage inestimable à sa fille unique, qui a choisi de le partager avec son public.

Mon avis : 

Au départ, je pensais que c’était entièrement Lise Dion qui avait écrit le récit de sa mère, mais en fait non puisque cette dernière c’était chargé de l’écriture et l’avait laissé dans un coffre bleu afin que sa fille le découvre le moment venu.

Il faut dire que son récit de vie est assez exceptionnel. En effet, quelles sont les chances qu’une future religieuse québécoise se retrouve en France pendant l’occupation.  L’écriture n’est pas exceptionnelle, à la fois simple et précise, et on se connaît pas toute l’histoire en en profondeur, mais l’histoire et le vécu en valent tout de même la lecture.

Note : 4 / 5

Publicités
Publié dans Romans | Laisser un commentaire

Pyongyang

Pyongyang par DelisleAuteur : Guy Delisle

178 pages

Résumé : Après Shenzen, Guy Delisle a poursuivi son travail nomade d’animateur à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. Si ses sentiments vis-à-vis d’un pays totalement étranger se retrouvent d’un livre à l’autre, « Pyong Yang » présente en outre l’intérêt de donner des informations sur la vie quotidienne d’un des pays les plus secrets et les plus fermés du monde.

Mon avis : Quand on parle de la Corée du Nord, en général, c’est jamais pour une bonne raison. J’étais donc un peu sceptique devant ce livre, sauf qu’après quelques pages, j’étais charmée par le ton donné à ce récit et aux anecdotes qui s’enfilaient parfaitement. Le plus étonnant, c’est que la Corée du Nord que l’on dit fermé aux occidentaux accueille des entreprises et des travailleurs du monde entier. Comme quoi ce pays est plein de paradoxes.

Guy Delisle débarque donc à Pyongyang et à peine a-t-il mis les pieds sur le sol nord-coréen qu’il est escorté d’un traducteur et d’un guide. Le traducteur ne va pratiquement pas le lâcher pendant tout son séjour, que ce soit pour le travail ou pour ses visites touristiques de fin de semaine. Suivra une foule de situations assez cocasses qui nous font apprécier notre vie hors dictature. Guy Delisle va même montrer le ridicule de certaines de ces situations avec un découpage et un texte sans failles. Par exemple, une autoroute à quatre voies pour se rendre à un musée, mais il n’y a tellement pas de circulation que le chauffeur a arrêté l’auto sur la voie de gauche pour changer de conducteur. Ou encore le manque d’électricité illustré par des silhouettes sombres.

Bref, son genre d’humour me correspond totalement et c’est ce qui m’a particulièrement plu chez ce titre. Surtout les cases où l’on doit trouver le/les mauvais citoyens nord-coréens.

Note : 4.75 / 5

Publié dans Mangas et Romans graphiques | Laisser un commentaire

Endgame, tome 1 : L’appel

Endgame, tome 1 : L'Appel par FreyAuteurs : James Frey et Nils Jonhson-Shelton

Éditeur : Gallimard jeunesse

534 pages

Quatrième de couverture : 

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L’humanité toute entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d’années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre et résoudre la Grande Enigme. Si aucun n’y parvient, nous sommes tous perdus.

Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques, ils ne sont pas immortels, mais ils sont entraînés !

Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions…

Cependant, il n’y aura qu’un seul vainqueur.

Ce qui sera, sera …

Mon avis : 

Addictant! Je l’ai lu en seulement deux soirée malgré le fait qu’il soit quand même une brique.

Faut dire que l’aventure commence solide avec une pluie de météorites qui  frappe à exactement 12 endroits sur Terre. On ne s’étonnera pas que ces 12 endroits correspondent aux lieux où vivent nos futurs compétiteurs. Concernant l’Endgame, les 12 lignées ont accepté le jeu depuis la nuit des temps, les jeunes de moins de 20 ans sont entraînés dès l’enfance pour vaincre cette épreuve et sauver leur race.

Pour débuter l’Endgame, ils doivent se rendre en Chine afin de rencontrer Kepler 22B (un Anunakis) et se voir attribuer des indices. Leur premier objectif étant de trouver la clé de la Terre, tous les coups sont permis! Ça commence d’ailleurs très fort avec la bataille du début au pied de la pyramide blanche où l’un sera rapidement éliminé. La suite est une série d’aventures et de décryptages d’indices.

J’avoue que ce premier tome ressemble à Hunger Games, ce dernier étant meilleur, mais j’ai quand même apprécié ma lecture. Sauf que contrairement à Hunger Games, où l’on a uniquement le point de vue de Katniss, ici on a les pensées et actions des 12 personnages à tour de rôle.

Note : 4 / 5

Publié dans Romans | Laisser un commentaire

Vampires et créatures de l’autre monde, Tome 3 – L’homme-Corbeau

Auteur : Benjamin Faucon

Éditeur : Éditions AdA

198 pages

Quatrième de couverture :

Poète maudit pour certains, auteur en herbe pour d’autres, l’homme-corbeau broie du noir seul dans sa tour. Il se morfond dans sa solitude jusqu’au jour où l’idée la plus machiavélique qui soit lui traverse l’esprit !
Du village humain au bourg des monstres, en passant par de sombres forêts, Candice, la jeune vampire, et ses sombres amis se retrouvent embarqués dans une aventure macabre dans laquelle leur ami, le cavalier sans tête, y perd sa citrouille !
Foi de monstre, jamais le monde ne s’est trouvé aussi en danger qu’en ce triste jour. Pourtant, l’un de ses habitants jubile et savoure chaque instant tant et aussi longtemps que son insatiable soif de succès ne sera pas assouvie.

Mon avis :

Un humain et une monstre tombent follement amoureux l’un de l’autre et cela déclenche l’indignation d’une membre influent de la communauté humaine et inspire la prose d’une écrivain monstre. Dans un cas comme dans l’autre, cette idylle sert bien leurs intérêts alors que des gens disparaissent mystérieusement dans la communauté humaine. Les deux communautés, dont la relation a toujours été conflictuelle, vont s’affronter encore une fois, les esprits s’échauffent rapidement.

Bien sûr, nous retrouvons avec joie nos jeunes étudiants Candice, Camillia, Shardul et Jean-Loup, les sauveurs des deux premiers tomes. Il mèneront une périlleuse enquête afin d’aider à rétablir la paix entre les deux communautés, ce qui ne sera pas de tout repos. Jack O’ Lantern est aussi bel et bien présent, mais il n’est pas autant haut en couleurs que dans les autres tomes, à part en ce qui concerne ses vols de citrouilles, ce qui est bien dommage étant donné qu’il était mon favori.

La morale de cette histoire, à mon avis, est que peu importe les raisons, l’humain est naturellement porté à s’écarter du droit chemin, mené par ses grandes ambitions et oubliant l’essentiel. Une invitation à la tolérance.

Note : 4.5 / 5

Publié dans Romans | Laisser un commentaire

Dynastie lunaire

Couverture du livre : Dynastie LunaireAuteure : Ellen Vaillancourt

Auto-édition

336 pages

Quatrième de couverture : 

Notre retour précipité au Québec nous plonge tête première dans un problème de taille, les loups-garous se meurent… mais pourquoi?

Affairés à déceler la source de contamination de leurs malaises, nous découvrons l’ampleur du savoir magique de Tria et Leo, qui, quoi qu’autodidactes, sont magiquement beaucoup plus expérimentés que nous le sommes, ce qui provoque une certaine mise à niveau accélérée de nos apprentissages… une expérience traumatisante en soi!

Malgré tous nos tracas et notre formation afin de devenir de parfaits lycanthropes, la vie nous donne des leçons importantes et nécessaires pour nous seconder dans notre futur si incertain : l’écoute, l’acceptation et l’amour.

Mon avis : 

Oh que j’avais hâte de retrouver mes quadruplés préférés! Les descriptions d’Ellen sont tellement précises, tellement vivantes que j’avais l’impression d’être présente sur les lieux et de vivre les événements. J’affirme haut et fort que je ne suis franchement pas déçue de la suite de leurs aventures!

Heureusement qu’il y a un synopsis au début qui nous aide à nous remémorer les grandes lignes de l’histoire et surtout l’ordre dans lesquels les événements sont arrivés.

***Attention, arrêtez de lire ici si vous n’avez pas lu les tomes précédents!***

Cette fois-ci, puisqu’ils sont au pays des loups, l’histoire est majoritairement racontée du point de vue de Pam, ce qui était un peu mélangeant au début étant donné qu’on était habitué de lire le point de vue de Tia. Quoi que cette dernière va aussi aider à narrer l’histoire. Concernant Pam, étant donné que nous sommes au pays des loups, là où elle a été élevée, on va apprendre à la connaître d’avantage.

Tria et Leo, les jumeaux maléfiques dont on a appris l’existence à la fin du 3e tome, sont bel et bien présents tout au long de l’histoire. De plus, on apprend qu’ils ont peut-être bien des compétences magiques plus élevés que ce que les anciens présageaient au départ! Tia, Pam, Luca et Lou devront mettre les bouchées doubles à leur éducation afin d’être prêts à l’inévitable confrontation. Heureusement pour eux, ils pourront compter sur l’aide de leurs amis et compagnons de vie. Thor, Élodie, Jack et le nouveau venu, Nash, sont prêts à tout pour les protéger.

Conformément à ce qu’on était habitués, ce tome regorge d’actions et de rebondissements, sans parler de la fin qui se termine par un suspense. Une grande place a été accordé aux histoires d’amour du quatuor. Habituellement, les histoires d’amour me rebutent un peu (beaucoup), mais ici, c’était juste parfait. ❤

Bref, le clan va évoluer, et même agrandir, dans ce tome.

Note : Coup de coeur ❤

P.s. Le titre de la série est Le début de la fin. Est-ce parce que le récit nous captive du début à la fin? À méditer. 😉

 

Publié dans Romans | Laisser un commentaire

Comment je ne suis pas devenu moine

Comment je ne suis pas devenu moine - Intégrale par BérubéAuteur : Jean-Sébastien Bérubé

Éditeur : Futuropolis

Résumé : En débarquant à Katmandou en 2005, Jean-Sébastien Bérubé espérait bien devenir moine bouddhiste. Mais il ne tarde pas à découvrir que la réalité des moines tibétains est beaucoup plus complexe que ce qu’il avait lu ou vu. Dès son arrivée, il est hébergé par une famille de réfugiés politiques tibétains, aux prises avec des problèmes d’alcool, qui le présente au grand maître d’une secte bouddhiste controversée. Les moines de cette secte déclarent qu’il est probablement possédé par un mauvais esprit parce qu’il souffre d’un problème de bégaiement. Alors qu’il croyait que les enseignements de Bouddha étaient une science de l’esprit et une philosophie profonde, Jean-Sébastien ne rencontre que des pratiquants qui croient en la magie et aux superstitions, vénérant Bouddha comme s’il était un dieu avec des pouvoirs surnaturels. Parallèlement à cela, il fait un voyage au Tibet pour visiter les lieux sacrés et voir de ses propres yeux les conséquences de l’occupation chinoise. La réalité de cette situation géopolitique n’est également pas celle qu’il croyait et sa vision des « bons tibétains et des méchants chinois » se trouve remise en question. (Babelio)

Mon avis : 

Ce récit autobiographique est assez spécial en son genre. L’auteur, Jean-Sébastien Bérubé, décide de partir pour le Népal afin de rencontrer de vrais moines et d’en devenir un lui même. Au fil des aventures, il découvrira un monde et une religion bouddhiste bien différents que ce qu’il avait comme image de départ. Ses convictions seront fortement ébranlés, mais il apprendra tout de même une grande leçon de vie.

Côté scénario, c’est assez long avant que l’on comprenne le but de l’ouvrage. Le récit comporte de plus une «difficulté». Discuter avec quelqu’un qui a un bégaiement, pas de problème. Lire du bégaiement, oh que ça m’a épuisée! Après un moment, j’ai du continué ma lecture en omettant le bégaiement. On rencontre toutefois des personnages hauts en couleurs et un point de vue réel sur la situation au Tibet.

Côté dessins, j’ai bien aimé les dessins en noirs et blancs remplis de subtilités qui pourraient passer inaperçus si l’on ne prend pas le temps de les regarder de plus près. De plus, des images couleurs sont inclus à la fin de l’ouvrage.

Note : 3.5 / 5

Publié dans Mangas et Romans graphiques | 1 commentaire

Les glaneuses du temps

Les glaneuses de temps et autres contes par FerrerAuteur : Patrick Ferrer

Éditeur : Auto-édition

65 pages

Résumé : Une jeune détective se lance sur les traces d’un tueur en série dans les brumes de l’Angleterre victorienne. Une princesse africaine doit affronter le désert et la montagne de la déesse-serpent pour réclamer son héritage. L’île tropicale féérique où ses parents l’ont emmenée n’est peut-être pas aussi inoffensive que Sybille pourrait le croire. Aux portes de la Cité des ombres, une jeune indienne apprend la danse du vent pour se protéger des esprits malins. La vie n’est pas simple quand on est une zomb’ adolescente dans un monde d’humains sans pitié. Un étudiant en Archéologie égyptienne fait une découverte bouleversante sur le quai déserté d’une petite gare anglaise…

Mon avis :

Comme tous les recueils de nouvelles, certaines m’ont plus marquées que d’autres. Difficile de les décrire étant donné qu’elles sont de style différentes, autant historique que science fiction, mais il est évident que toutes portent sur le thème du temps.

Je vais tenter de ne pas trop en dire sur chacune des nouvelles pour ne rien dévoiler et vous laisser les découvertes. Ma nouvelle préférée fût Safari. On se retrouve dans un univers que l’on croit connaître parce qu’il est souvent raconté dans la littérature récente, mais on se rend rapidement compte que non et nos repères sont chamboulés.

Concernant les autres nouvelles :

Près du lac de Vermaudit se concentre sur une jeune fille intrépide et en avance sur son temps qui décide de mener son enquête afin d’aider son père. Son point fort est la chute, du réussi!

Les sables de Méroé est une quête. L’héroïne principale se cherche et tenter de trouver des réponses. Cette nouvelle est assez courte et laisse libre cours à l’imagination concernant la suite. Quoi que j’aurais aimé en savoir plus, savoir si mon imagination rejoint celle de l’auteur.

Dans La porte bleue, on se retrouve dans un univers assez étrange et notre jeune héroïne ne veut pas suivre le modèle qu’on lui impose.

La cité des ombres baigne à la fois dans un univers western et paranormal. Le shérif du village fera face à des esprits quelques peu ‘démoniaques’. Bref, j’ai adoré!

Finalement, Les glaneuses du temps où l’on aborde le temps que l’on a en trop à attendre pour un événement en particulier. J’ai particulièrement aimé le début, mais bien que c’était bien pensé et que les références historiques étaient géniales, j’ai quelque peu décroché.

Note : 4 / 5

Merci à Patrick Ferrer pour l’envoi de son recueil de nouvelles!

Publié dans Romans | Laisser un commentaire